Sélectionner une page

Accueil » Permis théorique » Examen » Réussir mon permis théorique

🚦 Dernière mise à jour : 22/12/2020 🚦

Comment réussir mon permis théorique en Belgique ?

Conduire est un des plaisirs de la vie et pour beaucoup une nécessité professionnelle. Il est donc particulièrement important pour vous de l’obtenir, n’est-ce pas ? Pour s’assurer que vous ne représentez pas un danger pour vous-même ou les autres, il faut passer deux examens : un théorique et un pratique. Comme dans de nombreux Etats-membres de l’Union Européenne, réussir votre permis théorique en Belgique est la première étape pour obtenir votre permis de conduire. En Belgique, comme dans de nombreux pays, afin d’obtenir votre permis de conduire, il faut d’abord réussir un examen théorique.

Vous trouverez dans cet article en quoi il consiste et surtout comment le réussir. Par conséquent, si vous envisagez d’obtenir votre permis de conduire, n’hésitez pas à lire jusqu’à la fin. Ne vous inquiétez pas, nous avons pris soin de rédiger des paragraphes compacts et faciles à comprendre !

Matière à maîtriser pour réussir mon permis théorique en Belgique

Vous savez sans doute que la première chose à connaître est le Code de la route Belge. En fait, il s’agit avant tout du contenu de l’Arrêté royal du 1er décembre 1975 relatif au règlement général sur la police de la circulation routière et de l’usage de la voie publique. Bien sûr, il vous sera difficile de tout savoir car il s’agit d’un document comportant plus de quatre-vingt articles. En plus, le langage est assez aride car il s’agit bien d’un texte législatif et réglementaire. Si vous n’êtes pas familiarisé/e avec ce genre de littérature, ne vous inquiétez pas. Il faudra vous y habituer et petit à petit vous réussirez à tout « décoder », notamment en lisant nos articles qui ont tout « digéré » pour vous !

Néanmoins, nous vous conseillons de lire l’intégralité de cet Arrêté royal au moins une fois d’un bout à l’autre. Ainsi, même si vous ne retenez pas tout, votre cerveau en enregistrera bien plus que ce que vous imaginez. D’ailleurs, vous ne serez pas étonné/e d’apprendre que beaucoup de ces articles se retrouvent sous forme de questions qui vous seront posées le jour de l’examen théorique, sur un ordinateur. Donc, en lisant le Code de la route vous aurez de bien meilleures chances de connaître la réponse correcte. D’ailleurs, même les situations de circulation réelles qui vous sont présentées sont également régies par ces articles. Il est donc important de compulser ce texte.

D’ailleurs, il y a certains articles que vous devez absolument retenir. Pourquoi ? Parce que tout simplement beaucoup de questions de l’examen théorique sont inspirées de ces articles.

Voici ici un petit aperçu de quelques articles avec la matière qu’ils traitent et le lien pour lire chacun d’entre eux :

  • 🔸L’Article 8. Les conducteurs établit les âges minimums requis pour chaque catégorie de permis de conduire en fonction du type de véhicule visé.
  • 🔸L’article suivant est tout aussi important : Article 9. Place des conducteurs sur la voie publique. Celui-ci présente la place de chaque type d’usager sur la voie publique. En plus, vous y retrouverez également les panneaux de signalisation. Faites attention à la place de chaque type d’usager ! Car il y a au moins une question sur ce sujet dans l’examen théorique.
  • 🔸Les articles 10 et 11 traitent de la vitesse et présentent les règles et limitations dans ce domaine particulier. Attention, car il y a des spécificités régionales qu’il faudra retenir en matière de limitation de vitesse. Eh oui !
  • 🔸Les articles 12 et 12 bis concernent l’obligation de céder le passage et notamment les explications sur la tirette, terme qui peut surprendre plus d’un candidat le jour de l’examen. Alors faites le nécessaire pour que ce ne soit pas vous !
  • 🔸L’article 13 est relatif aux manœuvres sur la voie publique.
  • 🔸Les articles de 14 jusqu’à 19 établissent les règles concernant l’attitude à adopter dans les carrefours, mais aussi le croissement ou le dépassement d’un autre véhicule.
  • 🔸Les articles suivants traitent de la circulation sur les différents types de routes (de 20 à 23). Certains articles contiennent des sous-articles qui ont été ajoutés et qu’il vaut mieux savoir car ils peuvent souvent constituer des pièges dans les questions. Par exemple, la circulation dans les zones piétonnes ou encore dans les rues scolaires. Ce sont justement ces ajouts dont ne sont pas toujours au courant nos parents ou nos amis qui ont passé leur permis de conduire il y a plusieurs années.
  • 🔸Les articles de 23 à 27 concernent surtout l’arrêt et le stationnement. Quant aux articles allant du 29 jusqu’à 36, il s’agit surtout de l’utilisation des feux, des avertisseurs sonores, des rétroviseurs et des dispositifs de sécurité.
  • 🔸Si les articles 37 et 38 traitent des véhicules prioritaires, sachez qu’une règlementation supplémentaire est entrée en vigueur récemment. Il s’agit de la notion de « couloir de secours » de la loi du 22 juin 2020 qui est entrée en vigueur le 1er octobre 2020. Si vous avez lu l’article 9 que nous avons cité plus haut, vous savez probablement déjà comment doit se former ce couloir. En effet, cette notion s’est concrétisée dans le point 8 de cet article.
🚧Petit conseil :

consultez toujours le code de la route ! Dans les livres, les articles sur internet et même certaines vieilles simulations d’examen ou formation en ligne, toutes les nouvelles règlementations n’apparaissent pas. Le Code de la route quant à lui est actualisé en fonction des nouvelles règles. C’est donc lui qui prévaut le jour de votre examen théorique ! Il n’est pas figé et évolue tout le temps, et cela aussi peut être un « piège ».

Toutefois, lire le Code de la route ne suffira pas vraiment pour réussir votre permis théorique. Il faut comprendre ce dont parle tous ces articles. Il en est de même avec les autres textes législatifs qu’il faut connaître. Voici quelques autres textes qu’il vous serait utile de lire pour réussir votre permis en Belgique :

  • 🔸Loi de la circulation routière du 16 mars 1968 – même si beaucoup de ces chapitres ne vous concernent pas directement, il vaut mieux lire au moins ceux qui parlent du permis de conduire (Titre III). Lisez impérativement le Titre IV sur les « Dispositions pénales et mesures de sûreté » ! Beaucoup de ces mesures peuvent se retrouver dans les questions de votre examen !
  • 🔸Un texte qui vous sera utile pour connaître les infractions possibles par degré et ainsi éviter de perdre beaucoup de points lors de votre épreuve, c’est l’Arrêté royal du 30 septembre 2005. Nous allons vous expliquer l’importance de ce texte, souvent ignoré par les candidats, un peu plus loin dans cet article.
  • 🔸Pour bien maîtriser les conditions techniques auxquelles doivent répondre les véhicules automobiles et leurs remorques, consultez l’Arrêté royal du 15 mars 1968. Il fixe également les éléments et les accessoires de sécurité dont ces véhicules doivent disposer.
  • 🔸Même si la plupart des règles de l’Arrêté royal du 23 mars 1998 relatif au permis de conduire sont déjà intégrées dans le Code de la route, son texte peut être pertinent pour retenir les différentes notions d’une manière différente. En plus, en le lisant après avoir déjà compulsé le Code de la route, vous aurez une excellente occasion de vérifier vos connaissances.

Quand vous serez sur la route, vous devrez appliquer toutes ces règles. C’est pour cette raison que des vidéos explicatives de mise en situation ou encore des explications plus détaillées du code de la route sont bien utiles pour assurer votre succès. Si vous optez pour une formation en ligne, vous pourrez visionner les vidéos autant de fois que nécessaire. Il en est de même pour les simulations d’examen. Vous pourrez les passer autant de fois que vous en aurez besoin pour être sûr/e d’obtenir le bon score pour réussir votre permis théorique en Belgique. C’est terriblement efficace pour apprendre !

Options pour apprendre la théorie du permis de conduire

Si vous constatez qu’il est trop difficile d’apprendre par vous-même, alors il y a aussi d’autres solutions. Bien entendu, il y a l’auto-école qui dispense depuis toujours des cours théoriques. En fait, beaucoup de ces cours sont en fait des simulations d’examen. Elles visent à vous préparer non seulement à comment se déroule l’épreuve, mais aussi à vous faire retenir la matière de cours par la même occasion. Néanmoins, cette solution revient assez cher. Les auto-écoles sont tenues à pourvoir un enseignement théorique de minimum 12 heures pour le permis de conduire catégorie B. C’est l’Article 14 du Code de la route belge qui établit cette obligation.

En réalité, vous aurez donc la présence d’un moniteur qui commente les questions et le choix de la bonne réponse. Donc, la plus grande partie de votre apprentissage théorique se passera quand même chez vous. Vous devrez lire le Code de la route ou faire des simulations d’examen. Certaines auto-écoles vous offrent un code internet pour ces simulations. D’autres vous le font payer en plus, c’est la loi du marché.

C’est pour cette raison que l’option d’une formation en ligne peut s’avérer plus intéressante pour vous. Moins chère, elle est aussi plus complète. D’une part, vous aurez souvent accès à des vidéos et des textes de loi commentés. D’autre part, vous aurez également accès aux fameuses simulations d’examen. Enfin, vous pourrez le faire que ce soit sur votre ordinateur ou votre téléphone, quand vous en aurez le temps et l’envie ! La durée de l’accès comprise dans une formation en ligne est souvent plus longue que celle de l’auto-école. Beaucoup de plateformes en ligne (attention, pas toutes !) ont également des moniteurs qui sont prêts à répondre à vos questions. La différence avec l’auto-école est que vous pouvez poser la question n’importe quand. Alors que si vous allez suivre cette formation, vous ne pourrez poser la question que si le moniteur est physiquement dans la salle de cours.

Enfin, il y a encore une autre option moins chère. Apprendre par vous-même, en toute autonomie. C’est aussi la raison d’être de nos articles de blog. En effet ils peuvent vous aider à connaître les notions à maitriser. Mais aussi la règlementation, ainsi que l’explication de certaines notions plus compliquées. Par la suite, si vous voulez tester votre niveau, vous pouvez le faire gratuitement en cherchant bien sur internet. Vous pouvez tester ici votre niveau en code de la route. Vous aurez une bonne idée d’où vous en êtes ! En plus, nous vous proposons une simulation d’examen complète ici. Elle se passe exactement comme durant le jour de l’épreuve.

Conditions et démarches pour passer le permis théorique en Belgique

Maintenant que vous avez une idée plus précise de comment réussir votre examen théorique en Belgique, voyons rapidement les conditions requises pour le passer. Nous vous présenterons aussi les démarches à suivre. Ainsi, vous saurez tout ce qu’il y a à savoir sur le permis théorique !

Avant tout, il faut que vous soyez en âge d’au moins 17 ans pour pouvoir passer votre examen théorique. Attention, le jour de l’épreuve, vous devez déjà avoir 17 ans ! Pour l’âge minimum concernant le permis de conduire provisoire, nous vous invitons à consulter cet article détaillé sur le permis provisoire de notre blog.

Pour passer l’examen théorique pour le permis de conduire en Belgique, vous devez le faire dans un des Centres d’examen agréés. Si vous avez suivi l’option d’une formation théorique dans une auto-école agréée, vous devrez passer l’examen dans le centre d’examen dont dépend votre école. En revanche, si vous avez appris tout/e seul/e ou grâce à une formation en ligne, alors vous pouvez librement choisir votre centre d’examen.

Depuis la crise sanitaire, sachez que les règles ont changé dans plein de domaines. Le fonctionnement des centres d’examen n’y a pas échappé ! Ainsi, après avoir fait votre choix, consultez le site internet du centre d’examen. Vous y apprendrez les horaires d’ouverture, mais aussi s’il faut prendre rendez-vous pour passer l’examen théorique. Avant la crise sanitaire, ce n’était pas le cas, mais maintenant dans la plupart des centres il faut prendre rendez-vous. Le nombre de places disponibles au même moment a bien diminué afin de respecter les règles de distanciation sociale imposées par la lutte contre la Covid.

Le jour de l’examen, présentez-vous au centre avec votre carte d’identité en cours de validité. Comme pour tout examen, c’est le document à ne surtout pas oublier à la maison !

Pour en savoir plus sur les différentes démarches et notamment les conditions d’accès à l’examen officiel, veuillez lire l’article suivant : Démarches et conditions examen théorique.

Comment se passe concrètement l’examen théorique en Belgique ?

Si vous avez déjà fait la simulation d’examen disponible gratuitement sur notre site, vous savez en quoi consiste cette épreuve. Vous devrez répondre à 50 questions à choix multiple. Chacune vous sera lue sur un ordinateur de façon claire. Vous disposerez de 15 secondes pour réfléchir et choisir la bonne réponse. 

Pour réussir votre permis théorique, vous devez obtenir au moins 41points sur 50. Si normalement une réponse erronée vous fait perdre un point, ce n’est pas le cas pour tous les types de question. En effet, les questions relatives aux infractions du 3ème et 4ème degré vous coûteront 5 points en cas d’erreur. Ainsi, il faut réaliser que deux fautes graves de ce type entrainent de fait, automatiquement, l’arrêt de l’examen.

🚧Petit conseil :

il faut éviter à tout prix d’avoir une faute grave pendant votre examen. Comment ? En prenant soin de connaître absolument toutes les infractions concernées par ce type de faute !

Derniers conseils utiles pour réussir votre examen théorique du premier coup

Vous avez déjà trouvé dans cet article quelques petits conseils qui peuvent vous être utiles. Ils vous donnent des pistes sur ce que vous pouvez entreprendre concrètement pour diminuer grandement la possibilité d’un échec.

Enfin, voici encore quelques astuces qui marchent :

🚥1. Refaites chaque simulation d’examen jusqu’à obtenir au moins 3 fois de suite plus de 45 points.

Vous pouvez vous demander pourquoi 45 alors que 41 points sont suffisants ? Tout simplement parce que le score minimum représente un fil de rasoir. En restant dessus, vous avez des chances de réussir votre permis théorique, c’est vrai. Mais toute fausse réponse peut vous faire basculer ! Alors qu’un résultat confortable de 45 points vous donnera bien plus de confiance en vous !

Pourquoi 3 fois ? Parce que si vous réussissez cette performance trois fois de suite, cela prouvera définitivement que vous maîtrisez suffisamment bien votre matière. Cela vous indiquera que vous êtes prêt/e de passer votre permis théorique Belgique pour le permis B.

🚥2. Ne vous contentez pas d’une ou deux simulations d’examen différentes !

En effet, si vous vous entrainez sur peu de simulations d’examen, vous ne verrez pas beaucoup de questions différentes. Dans ce cas, même votre mémoire vous permettra de retenir les bonnes réponses. Ainsi, vous obtiendrez assez rapidement un score de 45 sur 50 et même supérieur. Pourtant, cela ne voudra pas dire que vous réussirez votre examen réel. Les chances que vous tombiez sur ces questions le jour de l’épreuve sont minimes.

C’est pour cette raison que plus vous ferez de simulation d’examens, plus vous aurez la chance de retenir de bonnes réponses. En plus de notre simulation gratuite, pour un prix modique, vous pourrez bénéficier de 500 questions avec les bonnes réponses ! Ce sont des questions utilisées couramment pendant les examens théoriques pour le permis de conduire.

🚥3. Suivez une formation belge pour le permis théorique en Belgique !

Si vous voulez passer votre permis théorique en Belgique pour avoir un permis de conduire belge, alors suivez une formation adaptée. Notre législation comporte des spécificités et mêmes des différences entre les régions belges. Alors, inutile de suivre une formation française car elle ne vous aidera pas beaucoup. Certes, il y a des règles communes. Mais le jour de l’examen, il est fort probable que vous tombiez justement sur une de ces particularités.

Si vous regardez un peu ne serait-ce que les filières d’apprentissage, vous verrez des différences notables entre la France et la Belgique. C’est donc pour cela qu’il vaut mieux suivre une formation belge. Qu’elle soit en ligne ou en présentiel dans une auto-école agréée. Ne vous laissez pas tenter par des prix alléchants car vous pouvez trouver pratiquement les mêmes en Belgique. Et même si le permis théorique en Belgique se passe presque dans les mêmes conditions que celui existant en France, le contenu peut être différent.

🚥4. Prenez votre temps avant de faire votre choix !

Comme le permis théorique est la première étape pour le permis de conduire, il vaut mieux bien commencer. Ainsi, prenez votre temps avant de vous décider. Cela vous permettra non seulement de faire un choix en connaissance de cause, mais même d’économiser de l’argent. En effet, financer son permis de conduire de catégorie B revient assez cher et représente souvent un investissement de plus de 1 000 €. C’est justement sur la partie théorique que vous pouvez économiser de l’argent.

Commencez par vous informer. Sur internet, c’est simple. Il vous suffit de faire quelques recherches, puis d’en faire le tri. Bien sûr le prix peut constituer un critère déterminant, mais il ne doit pas être le seul. Si vous optez pour une formation en ligne, il est important de vous intéresser à l’organisme de formation. De bien comprendre ce qui est inclus dans le prix. De savoir s’il y aura des personnes compétentes pour répondre à vos questions. En fait, tout autant de critères qui peuvent vous aider à choisir !

Il en est de même pour les auto-écoles. Même si leur agrément est un signe de conformité à la loi, cela ne dit pas tout sur la qualité des services proposés. Si vous préférez donc de suivre votre enseignement théorique dans une auto-école, alors renseignez-vous sur elle !

🚥5. Entrainez-vous comme pour n’importe quel examen !

Cela peut sembler évident, mais ce permis théorique nécessite presque la même préparation que tout autre examen. Il faut donc travailler vos points faibles. Si par exemple, vous êtes stressé/e lors d’un examen, ce sera probablement le cas pour celui-ci. Pour éviter ce stress qui peut vous nuire, les simulations d’examen peuvent grandement vous aider. Il suffit de les faire en vous mettant vraiment en situation. Ainsi, il faut s’isoler, éteindre votre téléphone et annoncer votre entourage ne pas vous déranger pendant les 30 minutes nécessaires. Ce simple exercice, répété plusieurs fois, vous mettra à l’aise et éliminera petit à petit toute appréhension le jour J.

Vous constaterez que votre stress diminuera immanquablement à chaque nouvelle épreuve !

🚥6. Ne trichez pas pour votre permis théorique en Belgique !

Lorsque vous faites vos simulations ou que vous testez votre niveau de connaissances, ne trichez pas ! En effet en faisant cela, vous vous trompez vous-même et pour plusieurs raisons. D’abord, pendant l’examen, vous n’avez pas le temps de chercher la moindre information pendant les 15 secondes dont vous disposez pour choisir la bonne réponse. Ensuite, si vous interrompez une simulation d’examen pour chercher la réponse correcte, cela faussera tout l’exercice. En conséquence, il vaut mieux faire toutes ces investigations sur les mauvaises réponses à la fin. Il en est de même pour vos doutes.

Bon courage à vous !

CODE DE LA ROUTE

Apprenez le Code de la Route facilement et rapidement grâce à notre cours interactif en ligne !